COVID-19 – Interpellation Sciensano – Interventions de psychomotriciens en urgence

Question : Intervention de psychomotriciens en urgence

Original Message-----
From: UPBPF <contact@upbpf.be>
Sent: Saturday, April 18, 2020 3:18 PM
To: Info <Info@sciensano.be>

Subject: Intervention des psychomotriciens

Bonjour Madame, Bonjour Monsieur

C'est en tant que secrétaire de l'Union professionnelle des psychomotriciens francophones (UPBPF) et membres de la Commission relations extérieures que nous vous interpellons.

Après avoir consulté votre site dans la rubrique professionnelle, nous ne trouvons pas de réponses spécifiques à notre pratique et nos interventions. Notre profession n’est pas encore reprise au niveau fédéral parmi les professions paramédicales mais elle est reconnue et active en fédération Wallonie-Bruxelles ; elle est décrite par l’IF/IC.

https://www.if-ic.org/fr/file?jobFunction=89

Afin de bien préciser nos interventions, et pour éviter toute confusion, nous nous permettons de préciser notre spécificité. Si les professeurs d'éducation physique et les kinésithérapeutes s'intéressent à l'éducation et la rééducation motrice, le psychomotricien s'intéresse à la liaison entre le psychisme et le moteur.

Il intervient à tous les âges de la vie et dans des pathologies allant de la santé mentale au handicap, à la dégénérescence neuromotrice dans ses aspects psychocorporels.

Nos membres travaillent en institutions, maisons de repos et aussi comme indépendants.

Nous sommes interpellés par nos membres qui demandent à pouvoir intervenir en urgence auprès de sujets en grande souffrance psychique et pour qui l’accès et le dénouement de cette souffrance passe par l’expressivité corporelle.

Exemple : Institution qui accueille d'ordinaire des enfants non scolarisables dont les pathologies vont de l'autisme à des troubles envahissants du comportement. Dans ce cas, le confinement au sein des familles engendre des tensions au sein même du cercle familial (parents,

fratrie) au point d'engendrer des comportements qui pourraient devenir inadéquats, voire dommageables pour la santé psychique de tous

Il pourrait s'agir de mêmes circonstances pour des adultes accompagnés par des psychomotriciens au sein d'institutions par exemple, ou en tant qu’indépendants.

Nous pensons au sein de notre Union Professionnelle, que pour ce type de situations nous sommes dans le même type d’urgence sanitaire que ce qui est décrit pour les psychologues quand bien même nos interventions sont basées sur des canaux différents.

Il est bien entendu que ces demandes d’intervention d’urgence se feront dans le respect des règles de protection de l’intervenant et du bénéficiaire.  Tout soin se fera dans le respect des différentes mesures d’hygiène et le plus possible de distanciation sociale :  lavages réguliers des mains réguliers (avant et après chaque séance et dans le cas de contacts plus à risque), utilisation de mouchoirs à usage unique, nettoyage et, si possible, désinfection des différentes surfaces et du matériel.

Pouvez-vous nous aider, en tant qu’Union professionnelle, à confirmer nos recommandations à nos membres :

-              Suspension de toute activité de groupe

-              Remplacement des séances individuelles par des contacts réguliers en vidéoconférence ou
téléphonique

-              En situation d’urgence (souffrance psychique, trouble majeur du comportement) :

intervention   individuelle avec règles d’hygiène drastiques.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous remercions de votre bonne attention aux spécificités de notre métier.

Nous sommes à votre disposition pour tout complément d’information,

Catherine Leclercqz                             Anne Taymans

Psychomotricienne                                Psychomotricienne

Secrétaire de l'UPBPF                            Membre de la Commission

relations extérieures de l’UPBPF

Membre de la Commission relations extérieures de l'UPBPF

 

Réponse de sbb-covid19 sbb-covid19@sciensano.be                                          
Lundi 19 /4/2020
A
contact@upbpf.be

Bonjour,

Votre proposition est très pertinente et tout à fait en accord avec ce que nous recommandons aux kinés et aux psychologues.

"Depuis le 14 mars 2020, toutes les consultations, examens et interventions non essentielles dans tous les hôpitaux généraux, universitaires et centres de revalidation de notre pays sont reportés, afin de garantir la capacité de fournir les meilleurs soins possibles aux patients COVID-19. Cette mesure s'applique également aux soins ambulatoires, dans les cabinets privés. Toutefois, la prise en charge de pathologies chroniques et psychiques est considérée comme une activité essentielle. La poursuite des soins n'est possible que si elle peut avoir lieu en respectant les mesures de distanciation."

Pour les mesures à prendre, vous pouvez vous inspirer de la procédure pour les kinés disponible à l'adresse Internet suivante: https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Documents/Covid19/COVID-19_procedure_physiotherapist_FR.pdf

Concernant votre question sur l'autorisation officielle d'exercice de votre profession, je ne peux répondre à cette question.

Nos collègues du SPF santé publique répondent aux questions générales de la population et sur les autorisations d’exercer les activités. Vous pouvez les contacter à l’adresse e-mail suivante : coronavirus@health.fgov.be

Bien à vous,

Aline Baldo

Rue Juliette Wytsmanstraat 14 • 1050 Brussels

www.sciensano.be