COVID-19 – Suite au Conseil de sécurité du 13/05/20

Chers membres,

Nous espérons que ce message vous trouvera en bonne santé physique et affectivo-psychologico-mentale(#sourire).

Certains.nes d’entre vous ont repris doucement des suivis, d’autres sont en attente.
J’espère qu’au-delà des pressions d’ordre psychologique, familiale, financière vous aurez pu vous respecter dans ce déconfinement progressif.

Le conseil de sécurité s’est réuni hier, mercredi 13 mai, il s’en est suivi une conférence de presse de Madame Wilmès.
Comme nous vous l’avons proposé jusqu’à présent, tentons de saisir dans le contenu du communiqué ce qui peut soutenir notre pratique.

Les métiers de contact peuvent reprendre leurs activités : coiffeur.euse, esthéticien.ne, tatoueur.euse.
Contact ne nous laisse pas indifférent et donne, nous semble-t-il, une piste pour l’exercice de nos pratiques.
Notre pratique où se jouent la surprise, l’inattendu, l’impulsif ne pourrait être assimilée sans nuance à celle de métier où le contact est anticipé et ciblé. Les métiers du bien-être, comme ceux du soin sont autorisés à reprendre leur activité mais avec le maintien des gestes barrières et du port du masque.

Il revient donc à chacun, avec bon sens et en gardant en tête la philosophie des mesures de protection, d’étudier s’il reprend le travail et sous quelles conditions.

Rappelons-nous aussi que les kinés ont repris les prises en charge individuelles et que certains d’entre eux pratiquent des massages.

La relation aux adultes ne se module pas de la même manière que celle des enfants.
Ces derniers restent potentiellement transmetteurs du virus (dans les connaissances actuelles selon l’épidémiologiste Yves Van Laethem) mais semblent épargnés par la symptomatologie.

Certains d’entre eux reprennent le chemin de l’école.
Vous avez peut-être, comme nous, souri à la présentation d’écoles nous montrant les lignes, croix et autre fléchage dans les couloirs, classes et surtout dans les cours de récréation. Est-ce bien réaliste, nous verrons comment la vitalité des enfants s’en accommodera.

Avec vous nous observons et réfléchissons ce que cette étape va nous apporter d’enseignements.

Rappelons que si c’est adéquat pour le bénéficiaire et pour vous-mêmes, le video-soin est le plus sécure.  Pour certains enfants, certaines familles, une pratique de proximité peut être pensée.

Sur notre site ( onglet Covid 19), le document  intitulé « Reprise éventuelle le 4 mai » vous propose des pistes de mesures à mettre en place afin de vous sécuriser au maximum ainsi que vos bénéficiaires.
Sciensano a approuvé ces mesures en rajoutant des restrictions particulières lorsque le patient est un cas covid possible .(doc question et réponse sciensano suite C.S. 24-4-2020)
Rappelons-nous aussi que la santé mentale reste une priorité qui n’a, à aucun moment de la pandémie, entraîné l’interdiction de rencontrer même physiquement si nécessaire les patients petits ou grands.

https://www.lalibre.be/planete/sante/il-faut-rouvrir-les-ecoles-le-confinement-peut-entrainer-de-tres-gros-troubles-du-comportement-chez-les-enfants-5e9955f9d8ad58632c73feb3

Prenez soin de vous

Pour le CA

Catherine Leclercqz Secrétaire de l’UPBPF

Anne Taymans Membre commission relations extérieures