Découvrez la revue N°11 – Juin 2013

Sommaire

  • P 4 - Procès Verbal de l'Assemblée Générale de l'UPBPF du 23 février 2013 - Béatrice Leboutte
  • P 6 - Actes de la clinique psychomotrice en Belgique francophone - Jean-Pierre Yernaux
  • P 9 - Discours de Madame Marie-Dominique Simonet, Ministre de l'Enseignement - représentée par Stephane Heugens
  • P 12 - Du rêve aux équivalents de rêve dans la vie éveillée - Hubert Boutsen
  • P 17 - Repérer les particularités sensorielles chez l'enfant - Dr P. Philippe et Dr J.M. Scholl et Prof V. Delvene
  • P 24 - Autisme et psychomotricité - Fabien Joly

Extrait de l'article : DISCOURS DE MADAME MARIE-DOMINIQUE SIMONET, Ministre de l'Enseignement obligatoire et de la Promotion sociale

Représentée par STEPHANE HEUGENS

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, chacun en vos titres et qualités,

Permettez-moi d’abord d’excuser l’absence de Madame la Ministre Simonet retenue par l’actualité politique. Elle me charge de la remplacer et de vous adresser tous ses voeux de réussite pour votre Congrès dont le titre « Silence et parole du corps » constitue un beau et fameux programme !

Elle regrette d’autant plus son absence que la psychomotricité, que ce soit au niveau de son implantation dans l’enseignement maternel ou au niveau de la formation des psychomotriciens dans l’enseignement de promotion sociale, figure dans les matières dont elle a reçu la responsabilité et assuré le suivi ces trois dernières années, en particulier en approuvant le référentiel pédagogique du Bachelier en psychomotricité et en faisant en sorte que les établissements d’enseignement de promotion sociale qui souhaitaient l’organiser puissent recevoir l’habilitation à le faire.

Petit aparté pour nos amis Français, l’enseignement en Communauté française possède en effet cette particularité de développer deux filières d’enseignement distinctes : l’une à destination des jeunes qui se trouvent dans un parcours dit normal et une autre à destination des adultes qui, pour des raisons personnelles, familiales ou professionnelles, ne peuvent poursuivre leur cursus académique selon la temporalité dite normale et retournent sur les bancs de l’école et des études bien des années plus tard. Cette deuxième filière, appelée enseignement de promotion sociale, permet aussi des réorientations professionnelles ou l’acquisition de spécialisations dans des domaines connexes ou particuliers aux activités professionnelles premières des personnes qui y ont recours. Les deux formes d’enseignement délivrent des titres correspondants/équivalents visant et garantissant les mêmes acquis d’apprentissage. Ils ont donc logiquement les mêmes effets de droit en termes d’insertion professionnelle, d’accès à d’autres niveaux de formation et d’études et de mobilité étudiante ou professionnelle. Ceci explique pourquoi le bachelier en psychomotricité se trouve à la fois dans l’enseignement supérieur de plein exercice et dans l’enseignement supérieur de promotion sociale.

Vous souhaitez lire la suite de l'article ?

A tout moment, devenez membre de l'UPBPF et vous recevrez les revues de l'année en cours par voie postale. Possibilité de commander la revue par numéro.

Pour tout renseignement : contact@upbpf.be