Découvrez la revue n°25 : Regards et approche du psychomotricien auprès de l’enfant porteur de déficience(s) (Juillet 2018)

Sommaire

  • P.03 - Edito - Anne TAYMANS
  • P.04 - Etre différent, être déficient et/ou handicapé: etre une personne à part entière - Christine GADISSEUX
  • P.08 - A l’aube de la vie, le psychomotricien comme acteur de prévention de la déficience au sein d’un service de néonatalogie - Céline SCHRUFF
  • P.15 - L'intérêt de l’approche psychomotrice dans la prise en charge des enfants imc - Isabelle VANRIE
  • P.22 - Espace-sons-nous l’engagement corporel spécifique du psychomotricien auprès d’enfants non-voyants. - Théodora ARANHA - Aline SERREAU
  • P.29 - Rela(xa)tion à soi : du corps et moi au corps à moi… une approche du vécu corporel de l’enfant violenté par la relaxation thérapeutique en psychomotricité. - Valentine FROGNIER
  • P.38 - La technicité du toucher comme appui psychomoteur dans la (re) structuration sensorielle - Ludivine LEEMANS
  • P.43 - Traces « de la trace perceptive à la trace représentative de soi, détours par l’autre » ou « le psychomotricien, catalyseur dans le processus de symbolisation pour eden porteur d’un tsa » - Julie HANTON
  • P.63 - Demande d’affiliation année 2018

Extrait de l'article :

« Il faut prendre conscience de l’apport d’autrui, d’autant plus riche que la différence avec soi-même est plus grande. »
Albert Jacquard

Cette revue nous propose un voyage à travers des rencontres. Ren- contre de psychomotriciens avec des enfants porteurs de déficiences.

Rencontre de différentes manières d’être au monde, d’habiter sa cor- poréité, d’être sensible à son environnement, de vivre ses joies et ses peines et surtout de s’exprimer.

Cette revue nous mène à la rencontre de tout ce qui peut nous diffé- rencier et pourtant nous rassemble et… nous ressemble !

Christine Gadisseux nous propose une magnifique réflexion sur l’ap- proche du handicap et nous montre qu’au-delà des classifications offi- cielles, c’est l’humain qui se rencontre.

Dès la naissance, souvent les questions innombrables assaillent l’en- tourage d’enfants nés trop tôt. Céline Schruff dégage, à partir de son travail de fin d’étude, son expérience de stagiaire dans un service néo- natal et nous partage une réflexion sur l’apport d’un psychomotricien dans ces équipes pluridisciplinaires.

Plus loin, Isabelle Vanrie nous explique comment des équipes de psy- chomotriciens répondent et accompagnent les désirs de mouvements et de jeux d’enfants atteints d’Infirmité Motrice Cérébrale (IMC).

Théodora Aranha et Aline Serreau décryptent avec nous l’importance de l’engagement corporel du psychomotricien qui prend des couleurs sensorielles autres, afin d’habiter et sonoriser l’espace avec les enfants déficients visuels.

Valentine Frognier, faisant suite à son exposé lors de notre Assemblée Générale, nous rappelle les effets délétères de la violence sur l’évolu- tion des enfants et comment des temps de relaxation ajustés, propo- sés par des psychomotriciens, ont des effets bénéfiques prouvés.

Ludivine Leemans nous emmène dans une approche de son travail avec des personnes porteuses de handicap mental. Elle nous montre que des propositions adaptées permettent un réel travail de l’identité, corporelle et globale.

Et enfin, Julie Hanton nous fournit, quant à elle, une superbe et com- plète analyse de sa rencontre avec un enfant dont la structure relève du spectre autistique. Elle nous explique comment des moments de rencontre apparemment parcellaires ont construit une relation qui a pu créer des possibilités de symbolisation.

Le comité de rédaction est heureux de vous proposer d’aller à la ren- contre de ces différences et ressemblances, saveurs de notre présence de psychomotriciens.

Anne Taymans,
Présidente de l’UPBPF

Vous souhaitez lire la suite de l'article ?

A tout moment, devenez membre de l'UPBPF et vous recevrez les revues de l'année en cours par voie postale. Possibilité de commander la revue par numéro.

Pour tout renseignement : contact@upbpf.be